A LA UNE

Après le Covid-19, quelles perspectives pour la gauche et les progressistes ?

Publié le : 16 May 2020

L'irruption de la pandémie du Covid-19 a brutalement rappelé à tous l'importance d'un système de santé de qualité, la fragilité de la population âgée, l'utilité des travailleurs manuels et personnels de service dans la société. Concrètement, l'exigence de solidarité, de financements supplémentaires pour la santé, les Ehpad et l'hôpital, plus largement l'intérêt de disposer de services publics efficaces sont des choix qui sortent clairement renforcés dans l'esprit de nombreux concitoyens.

Sur le fond, c'est donc une sorte de "boulevard politique" pour la gauche et les progressistes qui devrait logiquement s'ouvrir lors des échéances futures, notamment l'élection présidentieile de 2022.

Cependant, que constate-t-on ? La France Insoumise dérive vers un discours populiste et refuse toute alliance. Dans un appel commun récent, le PS - engagé dans une approche très critique de la société en rupture nette avec son expérience du pouvoir - le PCF, Générations et quelques personnalités semblent mettre au premier plan l'écologie, au bénéfice implicite de Yannick Jadot.

Parallèles, avec des leaders peu "présidentiables", ces deux voies ne semblent pas en mesure de permettre une large adhésion de nos concitoyens, condition indispensable pour se projeter au 2ème tour d'une présidentielle. Sans perspective social-démocrate profondémment rénovée mais garante de la capacité à exercer le pouvoir suprême dans notre monde particulièrement troublé et dangereux, la gauche ou plus largement les progressistes risquent d'être maginalisés dans cette élection décisive. Il reste peu de temps pour la faire émerger et éviter un duel entre la droite et le RN au deuxième tour.

 



Autres articles de cette rubrique