Communiqués

Université de Lyon, Université Jean Monnet, quelles perspectives ?

Publié le : 27 Dec 2019

L'annonce de M. Perdriau de ne pas valider les statuts envisagés pour l'Université de Lyon incluant l'université Jean-Monnet est justifiée pour les raisons que j'ai déjà évoquées sur ce site et qui avaient motivé mon courrier d'alerte aux maire, président du conseil départemental et présidente de l'université au début du mois de novembre.

Si la décision appartient formellement au CA de l'université, l'importance politique de cette position est évidente et doit conduire à une remise à plat du dossier, pour ce qui concerne l'implication et la participation de l'Université Jean-Monnet dans l'UDL.

Le report du CA de l'université du 16 décembre étant en outre déja demandé antérieurement par l'Etat, une période s'ouvre pour cette remise à plat, compatible avec les délais accordés par le Jury international de l'IDEX qui a prolongé d'un an la période probatoire de l'UDL, jusqu'en 2021.

J'ai toujours considéré que notre universit devait participer au projet de constitution d'un établissement plus puissant et plus visible au niveau international, en coopération avec les universités et écoles lyonnaises intéressées. Mais sans y perdre sa personnalité, ses prérogatives et son intérêt historique, incontestable, pour la la démocratisation de l'enseignement supérieur, l'innovation et le développement territorial.

Trouver une solution équilibrée est nécessaire, alliant les avantages de la consolidation des projets d'envergure internationale et l'efficacité d'un pilotage de proximité. Nul doute que l'Etat et le jury IDEX feront part de leurs recommandations, mais les élus, collectivités, universitaires investis à Saint-Etienne ont une légitimité aussi forte à exprimer les leurs.

La période qui s'ouvre donne du temps, les textes le permettent : j'ai réuni dans le document ci-joint les premières pistes de réflexion qui pourraient se dégager.
 


 



Autres articles de cette rubrique